séminaire, automne 2020

LE VOYAGE IMAGINAIRE, MACHINE A PENSER?

Séminaire, automne 2020

Mardis 13h-16h

Aix Marseille Université ALLSH (29 avenue Schuman, Aix-en-Provence, salle E004 du bâtiment Egger) et par Zoom (lien sur demande)

Contact : sylvie.requemora@univ-amu.fr

Adossé au programme de recherches intitulé « Géographies imaginaires », issu du partenariat entre le CIELAM et la MMSH et labellisé CRISIS, ce séminaire souhaite développer sa partie pédagogique des siècles de la première modernité en initiant des étudiants de master à la recherche dans un cadre actif en les associant aux activités du premier semestre (plusieurs Journées d’Etudes de chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs, une université en mobilité sortante, un carnet de recherches, etc.). Il s’agirait d’interroger méthodiquement les caractéristiques du genre du voyage imaginaire et les finalités de ces textes, qui oscillent entre une littérature satirique (du Quart Livre de Rabelais, ou de L’Autre Monde ou les Etats et Empires de la Lune et du Soleil de Cyrano de Bergerac, en passant par Le Nouveau Panurge avec sa navigation en l’Isle imaginaire, Les Voyages de Gulliver de Swift, Les Aventures du Baron de Münchausen, jusqu’à Micromegas, La Princesse de Babylone et Candide de Voltaire, ces récits de voyages sont des prétextes philosophiques, sous une forme plaisante, pour penser l’ici à travers un ailleurs ludique), une littérature de la quête poétique, une littérature épique et romanesque (comme Alexandre le Grand dans les différents romans médiévaux dont il est le héros ou le cycle de la croisade, Ami et Amile), ou encore une littérature didactique, morale et/ou religieuse (Vision de Tondale, Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc ou Pèlerinage de Vie Humaine de Guillaume de Diguleville dont un manuscrit richement enluminé est conservé à la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en- Provence, mais aussi réécritures de l’isrâ et du mi’râj, le voyage nocturne du prophète de l’islam).

Intervenants : Daniel Martin, Valérie Naudet, Sylvie Requemora, Tristan Vigliano.

Calendrier :

15/09/20 : Présentation

22 et 29/09/20 : Daniel Martin, voyages rabelaisiens

06, 13 et 20/10/20: Tristan Vigliano, Voyages autour du miraj

3/11/20 : Valérie Naudet, Christine Gadrat et Sylvie Requemora: Le genre du voyage imaginaire, de Lucien de Samosate à Cyrano de Bergerac, via La navigation de saint Brendan : iter ad paradisum.

10/11/20 : Valérie Naudet et Sylvie Requemora : De l’atlas catalan, entre cosmographie et géographie, aux cartographies imaginaires.

17 et 24/11/20 : Ailleurs imaginés : Asie (V. Naudet), Inde (Mathilde Bedel), Afrique (Nelly Paquis), Amériques (Mathilde Mougin), Scandinavie (S. Requemora).

01/12/20 : Valérie Naudet: « Errance et quête … qu’y a-t-il au bout du chemin? »

Le voyage immobile

Appel à contribution pour un numéro spécial de la revue en ligne Astrolabe

 Le voyage immobile

Le programme de recherche intitulé « Géographies imaginaires : le voyage-prétexte comme machine à penser » (https://imaginaires.hypotheses.org) prévoie d’éditer en ligne dans la revue Astrolabe (https://astrolabe.msh.uca.fr/) un numéro inspiré de l’actualité : ces temps de pandémie et de confinement seraient le moment opportun pour réfléchir au voyage devenu immobile, mais qui jamais ne stagne. Quel en est le mouvement ? Est-il seulement imaginaire, s’il n’est physique ? Qu’en est-il aussi de celui qui bouge, mais n’avance pas, comme en un labyrinthe (Le Château de Kafka, L’Emploi du temps de Butor, etc.) ? Autant de questions qui surgissent à propos des écritures du voyage immobile.

Dans Voyage au bout de la nuit, Céline écrit que « Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déception et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. » Il y a pourtant un paradoxe évident à associer la notion de voyage impliquant la mobilité, le déplacement, l’action, le changement de lieu et de temps, à ses opposés. Être ou devenir mobilis immobile représente une forme de « degré zéro » (Barthes) du voyage, de « tragique de la littérature » viatique, sorte d’exhibition du masque du voyageur qui n’est défini comme voyageur, selon les dictionnaires anciens (Furetière « Qui fait des voyages par pure curiosité, et qui en fait des relations ») que s’il écrit son voyage. Inversement, si voyager n’est validé que par l’écriture de son voyage, « écrire c’est voyager » (J.M.G. Le Clézio) : l’immobilité du voyageur le place face à une dialectique a priori déconcertante. Elle peut engendrer une réflexion autant générique que thématique, éthique ou rhétorique. Écrire, penser « à sauts et à gambades » (Montaigne), est-ce voyager ? Quel est le moteur intérieur ? Quelles errances psychologiques supposent ce mouvement arrêté ? Quels paradis artificiels visitent les voyageurs hallucinés ? La rentrée en soi n’est-elle pas découverte des multiples de soi ? Si le voyageur est souvent considéré comme un menteur (« A beau mentir qui vient de loin ») et que des auteurs comme Montaigne ou Rousseau, chacun à leur manière, privilégient le récit d’un regard naïf et peu lettré par rapport à celui qui, érudit, proposera plutôt sa bibliothèque de voyageur, confirmant ou infirmant ses lectures plutôt que de proposer un regard neuf, sans passer par le prisme de lunettes subjectives, le voyage immobile ne permettrait-il pas alors de penser une nouvelle forme d’humanisme ?

L’expression « voyageurs immobiles » (F. Pessoa) caractérisant le voyageur dont le champ d’action se trouve être ses pensées, avec son flot d’idées vagabondes, avec ses risques et ses tempêtes, pourrait être envisagée pour des auteurs comme Deleuze ou Giono dont l’une des nouvelles de L’Eau vive porte en titre cet oxymore (III, 118-120). Passion, errance ou rêve, le voyage immobile devient mission exploratoire pour celui qui emprunte les machines à remonter le temps : «  Si nous pouvions rester immobiles dans l’Espace absolu, le long du Cours du Temps […] tous les instants futurs et passés (nous constaterons plus loin que le Passé est par-delà le Futur, vu de la Machine) seraient explorés successivement, de même que le spectateur sédentaire d’un panorama a l’illusion d’un voyage rapide le long de paysages successifs » (Alfred Jarry, Commentaires pour servir à la construction pratique de la machine à voyager dans le temps par le Dr Faustroll, 1899). C’est là aussi tout le défi des machines théâtrales simulant le voyage par des décors mobiles où l’acteur restant sur scène et le spectateur dans son fauteuil voyagent par la vision et l’esprit…

Selon Furetière « On dit en Morale, Nous ne sommes que voyageurs en ce monde, pour dire, que cette vie est passagère » : homo viator, simple pèlerin sur terre, le mouvement du voyageur le renvoie à la condition humaine. Les sources bibliques évoquent d’emblée les désirs antagonistes d’Abel et Caïn, du sédentaire qui rêve d’ailleurs, et du nomade qui demande à se fixer. Confiné de gré (vœux monastiques ou retraite volontaire) ou de force (emprisonnement), l’homme cherche à s’évader par l’esprit, à voyager au-delà des murs. Cet empêchement, qui pourrait sembler asséchant, peut aussi donner lieu à une créativité nouvelle et à des œuvres originales. Les plus beaux voyages ne sont-ils pas parfois ceux qui sont pensés, rêvés, davantage que vécus ?

Si le déplacement paraît de prime abord inhérent et indispensable au voyage, certains textes s’affranchissent de la dimension physique et matérielle du voyage. Le voyage semble au XXIe siècle communément pratiqué, mais il n’a pas toujours été possible à certaines catégories de personnes de se déplacer : les femmes en Europe sous l’Ancien Régime et encore aujourd’hui dans plusieurs pays, les religieux ayant fait vœu de clôture, et tous ceux qui n’ont ni les moyens financiers ni les autorisations nécessaires pour le faire (par exemple la licence pontificale pour les pèlerins se rendant en Terre sainte, ou le refus de visa par les ambassades de nos jours).

Que l’auteur voyage autour de sa chambre (Xavier de Maistre) ou s’évade en pensée en des contrées lointaines, l’enfermement semble avoir joué un rôle dans l’élaboration des récits de voyages immobiles. Parfois, un simple bout de ciel bleu aperçu « par-dessus le toit » permet à l’auteur (Paul Verlaine) d’échapper à sa condition. Les jours de navigation sans vent donnent lieu alternativement à des « rien à signaler » journaliers ou au contraire à des grandes envolées méditatives (Journal aux Indes orientales de Robert Challe). De son exil anglais, le poète Charles d’Orléans regardait « vers le païs de France » et sa « doulce plaisance ». Que penser de Du Bellay, harassé de tâches domestiques à la cour de son oncle cardinal, qui prend à rebours le mythe odysséen et rêve de rester immobile chez lui ? Le confinement peut aussi donner lieu à des voyages intérieurs, où l’auteur se livre à une introspection, comme l’a expérimenté Xavier de Maistre narrant son expérience de confinement en quarantaine dans Voyage autour de ma chambre et dans Expédition nocturne autour de ma chambre.  Les écrits spirituels empruntent, eux aussi, largement à la sémantique du voyage : la voie, le chemin, le cheminement, l’ascension et les épreuves. Aussi parle-t-on de « voyages spirituels ». Les quêtes initiatiques ne se déroulent pas toujours dans un vaste espace, mais mènent, d’étapes en étapes, leur sujet à un aboutissement toujours plus élevé, même si des rechutes sont possibles.

Parmi tous les arpenteurs d’imaginaire et d’inconnu, les voyageurs immobiles choisissent leur parcours, mais aussi les mots et les formes pour l’exprimer. Aussi inviterons-nous les auteurs à proposer des textes questionnant ces voyages immobiles, de l’Antiquité à l’époque contemporaine et les genres qu’ils empruntent. Il peut s’agir d’une étude de cas, portant sur une œuvre ou un auteur spécifique, ou bien de l’analyse d’un corpus ou d’une pratique. Les recherches sur les textes ou les images sont les bienvenues.

Les auteurs sont invités à envoyer avant le 31 août 2020 une proposition présentant en une dizaine de lignes leur projet d’article, accompagnée d’une courte bio-bibliographie.

Les articles définitifs devront être envoyés avant le 31 octobre 2020. Les normes de la revue sont consultables en ligne : https://astrolabe.msh.uca.fr/normes-aux-auteurs

Les propositions et les articles doivent être transmis sous format WORD à sylvie.requemora@univ-amu.fr et à gadrat@mmsh.univ-aix.fr .

Comité scientifique :

Philippe ANTOINE, CELIS, CRLV

Christine GADRAT-OUERFELLI, LA3M-AMU

Huguette KRIEF, CIELAM, AMU, CRLV

Patrick Mathieu, CIELAM, AMU, CRLV

Sylvie REQUEMORA, CIELAM, AMU, CRLV

Calendrier :

Diffusion de l’appel 15 juillet

DL pour les propositions : 31 août

DL pour la remise des textes : 31 octobre

Expertises du comité scientifique : novembre

Mise en ligne des textes sur Astrolabe : 10 décembre

Géographies du voyage (Présentation des communications)

« Géographies du voyage : du réel à l’imaginaire »

Journée d’étude Jeunes chercheurs des 19 et 20 mars 2020

 

Annamaria Bianco (CIELAM/IREMAM) : « À la recherche de la Cité Vertueuse : le voyage utopique d’un réfugié irakien vers l’Europe dans Le Joueur de nuages d’Ali Bader »

Résumé : Cette communication se propose d’analyser le court roman ‘Azif al-ġuyūm (Le joueur de nuages, 2016), l’un des derniers ouvrages du controversé auteur irakien Ali Bader (Bagdad, 1969), à la lumière de la soi-disant « crise des réfugiés » actuelle et du débat sur l’accueil en Europe. Dans cette œuvre d’inspiration autobiographique, Bader dresse le bilan de sa vie en Occident et restitue l’image d’un artiste cosmopolite qui aspire à une reconnaissance universelle plus que toute autre chose. Le récit de fuite et de réinstallation en Belgique du protagoniste, un violoniste irakien échappant à des fondamentalistes déterminés à l’assassiner, devient ainsi, à travers la plume de l’auteur, un prétexte pour repenser son exil : l’expérience du voyage apparaît alors comme une occasion de réflexion philosophique sur l’hospitalité et l’inhospitalité, mais, surtout, sur l’utopie se cachant derrière la quête du bonheur, symbolisée dans la fiction littéraire par des références méta-textuelles au Traité des opinions des habitants de la Cité Vertueuse de al-Farabi (872-950), philosophe musulman médiéval persan.

Mots-clés : littérature du refuge – Irak – Europe

Présentation : Doctorante en littérature arabe à l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans) depuis 2018, en cotutelle avec l’Université de Naples « L’Orientale ». Son projet de thèse s’intitule : « Adab al-malǧa’ : la représentation du réfugié dans le roman arabe du XXIe siècle », sous la direction de Richard Jacquemond et de Monica Ruocco. Il vise à une recherche centrée sur la production romanesque arabe contemporaine ayant comme thématique l’expérience de la migration forcée, donc du voyage comme fuite et quête de salut. Elle analyse un corpus de romans variés, du Maghreb au Moyen-Orient, publiés entre 2008 et 2019, mais qui tournent tous autour de la dichotomie traumatisme-refuge.

 

Youssef Boujeddaine (IREMAM) : « Le voyage imaginaire dans la ḫutba médiévale arabe »

Résumé : L’orateur parfait est l’homme qui sait persuader, s’emparer de l’esprit, du cœur et de la volonté de son auditoire. Il l’emporte alors dans un voyage en faisant appel à son imagination, en transformant son discours en image, en mettant la scène sous ses yeux. Il s’agit ici d’étudier la mise en place de cette stratégie « éprouvée » ou « émotion partagée » dans le genre de la ḫutba (allocution) médiévale arabe, alors clé de voûte du fonctionnement de la vie publique et occasion pour les suzerains et leurs substituts d’asseoir leur autorité. L’ouvrage Al-’Iqd al-farîd (Le Collier sans pareil) d’Ibn ‘Abd Rabbih, poète andalou né à Cordoue (860-/940), nous livre dans le chapitre intitulé : « al wâsiṭa » (« la perle centrale ») les allocutions les plus remarquables depuis la période pré-islamique jusqu’à la dynastie abbasside (XIIIe siècle), nous donnant ainsi un aperçu des techniques persuasives employées par les différents orateurs. Parmi elles, nous nous concentrerons sur les arguments émotionnels mis en avant pour emporter l’adhésion et plus particulièrement sur l’usage de tout procédé visant à frapper les yeux de l’esprit grâce à l’imagination ou phantasia. Véritable notion rhétorique, elle consiste en un pouvoir de représentation dans le sens où l’orateur se figure une scène avec une telle puissance imaginative  qu’il transmet cette représentation à l’auditoire. Plusieurs exemples tirés du corpus d’étude serviront à étayer cette notion et à étudier les différentes figures qui permettent « une pensée visuelle » et un asservissement au discours.

Mots-clé : ḫutba (allocution) – persuasion – imagination.

Présentation : Enseignant certifié de langue arabe, il est depuis 2016 doctorant à l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans) en littérature classique arabe sous la direction de Mohamed Bakhouch. En parallèle de son activité professionnelle, il est aussi webmestre du site académique de langue arabe, qui vise à promouvoir le rayonnement de la langue dans les établissements scolaires. Il a également obtenu le diplôme du DESU (Diplôme d’Études Supérieures Universitaires) lors duquel il s’est penché sur la notion de diglossie en langue arabe, travail qui a été proposé à la publication au magazine Cahiers Pédagogiques par Françoise Lorcerie, directrice de recherche émérite au CNRS. Il travaille sur la notion de ḫutba politique médiévale arabe et sur les mécanismes sous-jacents liés aux arguments affectifs. Il s’agit ainsi d’analyser les allocutions sélectionnées sous la grille aristotélicienne de l’ethos et du pathos pour en dégager les techniques persuasives employées par les différents orateurs afin de frapper les cœurs et d’emporter l’adhésion de l’auditoire.

 

Virginie Buffet (CIELAM): « La Relation du voyage d’Espagne de Madame d’Aulnoy ou l’art de faire voyager le lecteur depuis son cabinet »

Résumé :  La Relation du voyage d’Espagne de madame d’Aulnoy est un texte tout à fait original puisqu’il présente une correspondance haute en couleur dans une prose enjouée en se plaçant à la croisée des genres. Il demeure cependant énigmatique par la véracité de l’itinérance de son auteure. Les descriptions et découvertes effectuées lors de son prétendu périple dans la péninsule ibérique sont imprégnées d’une importante culture du conte. Le lecteur, conscient qu’elle lui fait des fables, prend plaisir à voyager avec elle depuis son cabinet. Les lettres dévoilent une solitude féminine génératrice de l’écriture et de l’évasion par celle-ci. Son expérience viatique mêlée à des préoccupations féministes très modernes semblent être un plaidoyer au bonheur d’être seule et de dessiner un voyage sur mesure.

Mots-clés: conte – féminin – voyage imaginaire – solitude

Présentation : Étudiante-chercheuse pour le CIELAM, en deuxième année de master « Recherche, écriture et discours » à l’université d’Aix-en-Provence, elle est spécialisée dans la littérature de voyage des XVIe et XVIIe siècles. Ses recherches explorent les récits de voyage de l’élite féminine de la seconde moitié du XVIIe siècle, son mémoire de Master 1, effectué sous la direction de Sylvie Requemora-Gros, s’intitule : « Écrire, voir et penser en princesse-voyageuse au XVIIe siècle ». Elle s’intéresse depuis peu à la nature brésilienne dans les récits de voyages et les cosmographies du XVIe siècle.

 

Christine Charbit (IREMAM) : « L’alyah d’Eliane Amado Lévy-Valensi. Israël : terre promise, terre sacrée, terre fantasmée »

Résumé : À travers le concept de l’alyah propre à la culture juive, nous souhaitons vous inviter à une itinérance à travers ce déplacement psychique et physique particulier. Cette tension vers une terre imaginée, symbole d’accomplissement, de réalisation, de projet de vie ou de revendication politique nous donnera à réfléchir sur la vocation du voyage, du déracinement à l’enracinement dans un espace territorial. Nous approfondirons les notions de « terre sainte » et de « terre sacrée » à travers l’expérience menée par notre inspiratrice mais aussi au travers de la tradition biblique. Pour ouvrir la conception d’un lieu propre à l’histoire juive sur l’universel, nous essayerons à travers certains récits mythiques d’illustrer le lien fondamental entre l’homme et la terre, source possible d’enseignement pour résoudre la problématique existentielle majeure du monde contemporain. En conclusion nous analyserons les fantasmes que provoque Israël dans l’inconscient collectif. Nous espérons dans ces voyages à différents niveaux et selon plusieurs disciplines proposer des outils à penser permettant de faire avancer une réflexion féconde dans nos espaces imaginaires respectifs.

Mots-clés : promesse – universel – herméneutique

Présentation : Issue du monde du tourisme elle a repris un cursus universitaire en vue d’une reconversion professionnelle. Doctorante, son projet de thèse s’intitule : « De la tradition à la modernité, retour aux sources de la culture juive pour résoudre les problématiques de nos sociétés modernes. D’après l’œuvre d’Eliane Amado Lévy-Valensi et d’autres philosophes. », sous la direction de  Philippe Cassuto (IREMAM, AMU) et d’Edouard Robberchts (CPAF CNRS/AMU). Il s’agit  de puiser dans la tradition et l’herméneutique juive pour construire des outils de réflexion en  s’appuyant sur la spécificité de l’histoire et de la pensée juive : témoignage, savoir et lucidité à partager comme un bien commun pour l’humanité.

 

Fanny Delgado (CIELAM) : « La folie de l’imaginaire comme projection utopique au théâtre : Les Folies amoureuses de Jean-François Regnard »

Résumé : Dans la pensée collective, l’utopie désigne la conception et la construction d’une société imaginaire irréalisable. Cette impossibilité de mise en pratique d’un idéal souhaité mais hors de portée conduit à l’effondrement de l’utopie basculant vers la dystopie. L’utopie théâtrale constitue un lieu scénique permettant l’existence d’un univers différent du réel. Nous aborderons la transposition de l’espace vide comme hors-lieu à la représentation d’un lieu imaginaire par le biais de la construction de l’espace scénique et le jeu du comédien, miroir d’un autre idéalisé. Nous évoquerons le voyage imaginaire au cœur de la folie carnavalesque au sein de la pièce Les Folies amoureuses de Jean-François Regnard. La rupture du réel présente dans l’utopie est intrinsèquement liée à la dimension de la folie : face à des idéaux inatteignables et fantasmés, les êtres vivent dans des états de consciences aliénés dépassant le seuil de la raison.

Mots-Clefs : utopie théâtrale – construction de l’espace scénique – folie

Présentation : Metteuse en scène, elle est actuellement en première année de thèse en « Théorie littéraire et création artistique » à AMU sous la direction de Sylvie Requemora-Gros et de Daniel Mesguich. Sa thèse, intitulée : « Le cri : point de rencontre entre la folle et la femme absurde », consiste en un travail de recherche couplé à une dimension créatrice : elle travaille à une réécriture de la comédie de Jean-François Regnard Les Folies Amoureuses dans le but de réinterroger le sens de l’enfermement féminin de la pièce à notre époque et de la mettre en scène.

 

Yann Etienne (CIELAM) : « La géographie imaginaire comme seuil de la fiction romanesque : le territoire poétique des Jardins Statuaires »

Résumé : Les Jardins Statuaires de Jacques Abeille se présentent comme un voyage initiatique au pays des sculpteurs de statues ; voyage onirique et ethnologique dans un premier temps, mais qui s’infléchit très rapidement en une quête étrange, celle du sens et de la logique de ce monde différent du nôtre. Ce roman permet d’interroger les conditions d’inventions d’un monde et sa finalité, par la « géographie magique » d’un imaginaire qui est proche de la fantasy sans toutefois en présenter tous les codes. C’est pourtant par le recours significatif à l’estrangement, au dépaysement, à l’invention géographique, que s’opère la bascule dans la « fiction de genre », au détriment, par exemple, de l’allégorie qui était la première forme de ce texte. Qu’est-ce, alors, que ce roman qui ressemble à de la fantasy sans en présenter tous les aspects, toutes les formes ? Peut-être bien une tentative pour arpenter et cartographier un nouveau territoire du récit, où l’objet de la quête est justement une nouvelle forme d’imaginaire.

Mots clefs : fiction – monde – imaginaire

Présentation : agrégé de lettres modernes, il prépare une thèse intitulée : « Poétique des Nouveaux Récits post-1980 : Echenoz, Michon, Volodine » sous la direction de Christine Marcandier. Axes principaux de recherche : littérature française contemporaine, littérature de genre, narratologie, fiction et diction.

 

Kim Ferrini (CAER) : « Dépaysement du voyage »

Résumé : Parmi les villes décrites dans la collection Contromano, j’ai choisi Milan et Palerme parce que les convictions et les habitudes ancrées dans ces espaces urbains ressortent de façon apparemment différente et régissent les aptitudes physiques dans un contexte national. À l’ère de la mondialisation, il est nécessaire d’insister sur la capacité d’identifier des identités spatiales qui représentent des valeurs de l’unicité : le sens de dépaysement territorial reflète sur le plan spatial la perte concernant l’adhérence à l’égard d’un site, et cette perte est la conséquence d’une perte précédant la compréhension et la lisibilité du territoire. Ce besoin guide les narrateurs de Spaesamento de Giorgio Vasta et Milano, fin qui tutto bene de Gabriella Kuruvilla : les narrateurs se distraient constamment, presque de manière chronique, et il semble plutôt étrange que deux habitants se perdent dans la ville où ils ont grandi. Si on connaît peu ce qui nous entoure, on n’est pas capable de s’orienter parce que s’orienter signifie connaître et organiser les lieux.

Mots-clés : Contromano – Vasta – Kuruvilla

Présentation : elle a obtenu un Master en Compétences textuelles pour l’enseignement à l’Université pour Étrangers de Sienne en 2017 (mémoire en Littérature italienne contemporaine intitulé « Lo spazio nelle opere di Giorgio Vasta », avec la collaboration de Daniela Brogi). En 2018-2019 elle a collaboré avec le Bureau de la Scolarité du Consulat Général d’Italie de Paris pour le projet de certification CILS (Certificazione di Italiano come Lingua Straniera) et pour l’enseignement de Langue et Littérature Italienne au Lycée International Honoré de Balzac de Paris. Doctorante au sein du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes, sa thèse, effectuée sous la direction de Yannick Gouchan s’intitule : « Le rapport entre l’espace et le corps dans la collection Contromano ».

 

Benoît Guidi (LESA) : « Errances urbaines et anamorphoses : passage vers le merveilleux dans Nadja d’André Breton et Vertigo d’Alfred Hitchcock »

Résumé : Dans son œuvre littéraire Nadja, André Breton raconte ses errances dans Paris, en compagnie d’une femme, Nadja, qui ouvre ce territoire urbain sur l’inédit et le merveilleux dans le prolongement de la quête de la « trouvaille » surréaliste. Ce sont des passages qui débouchent sur des lieux et des temps historiques, mais aussi mythologiques où affleure le surnaturel. Une forme particulière de passage s’effectue par le motif de l’anamorphose –  illusion qui repose sur un procédé de substitution d’une image par une autre à la faveur d’un déplacement latéral – présente sous différentes formes dans le texte. C’est ce motif qui nous amènera à étudier les liens qu’entretient Nadja avec le cinéma et plus précisément à travers Vertigo d’Alfred Hitchcock. L’intrigue, centrée autour de la mystérieuse figure de Madeleine, est aussi prétexte à arpenter la ville, de San Francisco cette fois. Le film, à la manière de l’anamorphose, tourne autour d’une figure, composée de différentes facettes impossibles à saisir dans leur globalité. L’imaginaire ne passe pas alors par la recréation d’un autre monde, mais par la convocation fragmentée d’éléments qui dans la vitesse d’un déplacement recompose un mystère.

Mots-clés : surréalisme – errance – passage – illusion

Présentation : Titulaire d’un Master Professionnel « Métiers du films documentaire » et d’un Master Recherche en Cinéma « Écritures Critiques » effectués sous la direction de Thierry Millet, il prépare actuellement un sujet de thèse en « Création » autour de l’œuvre littéraire Nadja d’André Breton et les résonances qu’elle entretient avec l’art pictural et notamment cinématographique.

 

Alexandra Ivars (CIELAM) : « Phobos : un voyage dystopique ? »

Résumé : Si le voyage au centre de la terre appartient définitivement à l’ordre de l’imaginaire, il n’en est pas de même pour le voyage dans l’espace, qui n’est plus pour nous, au sens plein du terme, de la science-fiction. Toutefois, le cap de la colonisation d’une autre planète, c’est-à-dire d’un voyage sans retour, n’a pas encore été franchi. C’est ce qu’envisage Victor Dixen dans sa saga young adult intitulée Phobos : six garçons et six filles sont envoyés sur Mars pour former des couples et peupler la planète, tout cela dans le cadre d’une télé-réalité. Ce voyage possède donc un statut très particulier, à la limite entre science-fiction et réalité imminente. De surcroît, il ne se présente pas seulement comme une aventure, c’est d’abord et avant tout d’un spectacle. Il s’agira de montrer les filiations de ce texte avec le genre de la dystopie, le voyage imaginaire devenant donc un prétexte, une machine à penser, qui permet d’inviter le lecteur à une appréhension critique de la réalité contemporaine.

Mots-Clés : voyage dans l’espace – dystopie – littérature jeunesse

Présentation : Titulaire d’un Master spécialité Recherche, elle a d’abord rédigé sous la direction de Lise Wajeman un mémoire de littérature comparée intitulé « Ethos du Psalmiste, Voix du Pénitent : Oralité, proximité et présence dans les Épîtres dédicatoires et les Psaumes pénitentiels de Marot et des Sidney » (2017), puis sous la direction de Jean-Raymond Fanlo en littérature française : « Les Récits de possession : une refondation théologique » (2018). Elle a par ailleurs participé à la 18e rencontre enseignants-chercheurs de l’académie d’Aix-Marseille : « Littérature, voyages, altérités » (2018) et sa communication a fait l’objet d’une publication dans la revue Malice : « L’« Adieu à la Nouvelle-France » de Marc Lescarbot : altérité, fécondité, interculturalité ».

 

Julie Kolovou (LESA) : « Au périple d’une mémoire astrale »

Résumé : Les œuvres cinématographiques qui représentent l’univers à travers les expéditions spatiales partagent un même paradoxe : plus l’Homme va loin dans l’espace, plus il se rapproche de sa psyché. Il semble donc que les voyages intergalactiques, qui consistent à explorer des paysages inhabités à l’extrémité du monde connu, conduisent dans le même temps à exposer le corps humain aux situations déjà vécues mais refoulées. Dans l’univers les astronautes glissent dans une longueur comme infinie mais, simultanément, leur corps flottant active la profondeur d’une mémoire archaïque qui s’enroule autour de leur propre existence. Le déplacement de la terre vers un inconnu « familier » s’accompagne d’un changement d’état mental qui opère la cartographie des différentes couches d’une géographie psychique. Le cinéma véhicule cette idée grâce à sa mise en lumière au carrefour de l’imagination et de la mémoire.

Mots clés : cinéma – univers – voyage

Présentation : titulaire d’un master recherche « Cinéma et audiovisuel », elle est doctorante en études cinématographiques à AMU. Son sujet de thèse s’intitule : « La représentation de l’univers dans les films de science-fiction comme outil pour repenser l’espace filmique », sous la direction de Thierry Roch (LESA : Laboratoire d’Étude en Science des Arts). Fin 2019, elle a participé au Congrès International en Genre Fantastique, Audiovisuel et Nouvelles Technologies en Espagne en traitant le sujet « Ad Astra : vers les étoiles, à la recherche d’une cosmogonie personnelle ».

 

Gianluca Leoncini (CAER) : « Voyage au paradis des pièges »

Résumé : Lorsque l’errance est placée sous le signe de la rêverie, les déplacements ont-ils lieu à l’intérieur d’espaces géographiques ou d’espaces oniriques ? À la croisée du symbolisme et du fantastique, trois textes illustrent, de façon paradigmatique, la labilité des frontières entre songe et réalité : Le Diable amoureux de Jacques Cazotte, Sylvie de Gérard de Nerval et « À une passante » de Charles Baudelaire. Puisque réel, idéal et chimérique se superposent, s’entremêlent, l’individu saurait-il distinguer les manifestations objectives de tout ce qui est illusoire ?

Mots-clés : fantastique – symbolisme – errance

Présentation : Professeur agrégé d’italien et doctorant auprès du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes). Sa thèse, effectuée sous la direction de Perle Abbrugiaiti et intitulée : « Traductions et mirages : les réécritures des Fleurs du Mal en italien » a pour objet la fonction herméneutique de la traduction littéraire, en se concentrant sur la réécriture poétique des Fleurs du Mal en italien.

 

Yimei Li (IrAsia) : « Le renouveau des romans de genre « voyage dans le temps » dans la cyberlittérature chinoise »

Résumé : Avec la naissance d’Internet est apparue une nouvelle forme littéraire en Chine, appelée « cyberlittérature », « littérature internet » ou encore « web littérature ». C’est un phénomène important, voire unique sur la scène littéraire, dont les chercheurs ont déjà souligné l’importance historique. La cyberlittérature en Chine, caractérisée par sa force d’imagination, désigne toute littérature créée, lue et distribuée sur internet. C’est une littérature populaire dont la plus grande partie est constituée par des romans de genre.  Le « Voyage dans le temps » n’est pas un genre nouveau, mais il est devenu un des principaux genres de la cyberlittérature chinoise. Il est tellement répandu et populaire que l’on a nommé l’an 2007 : « l’année du voyage dans le temps ». Se divisant en « voyage dans le temps » pour « messieurs » et pour « dames », il se distingue du roman de voyage dans le temps « classique ». À travers ce genre de romans, se reflètent également les mentalités des chinois et les valeurs de la société à l’époque d’Internet.  Pourquoi les lecteurs aiment-ils lire des romans de voyage dans le temps ? Pour quelles raisons ce genre de « géographique imaginaire » plaît-il particulièrement aux femmes auteurs ? Telles sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre après avoir donné une courte présentation de la cyberlittérature.

Mots-clés : cyberlittérature – genre – voyage dans le temps

Présentation : doctorante en langue et littérature Chinoises à AMU, membre de l’IrAsia (Institut de Recherche Asiatique), elle prépare une thèse intitulée : « Les nouveaux médias et la littérature chinoise : déclin ou renouveau » sous la direction de Noël Dutrait et Madame Xu Shuang. Elle est titulaire depuis 2014 d’un Master Recherche en sinologie, ses travaux portaient sur la littérature de la génération née dans les années 1980 (80 后 文学).

Mathilde Mougin (CIELAM) : « Les scènes de sérail narratives des récits de Bernier et Tavernier : une esthétique de la turquerie »

Résumé : La multiplication des relations de voyage en Orient (Postel, Nicolay, Thévenot, La Boullaye le Gouz, Bernier, Tavernier, etc.), les conférences du chevalier d’Arvieux à Saint-Germain sur son séjour en Orient et la circulation des objets et denrées orientales issus du commerce de la Compagnie du Levant contribuent à former un goût pour cette contrée dans la France du XVIIe siècle. La production dramatique contemporaine semble symptomatique de cet engouement, la scène française assistant au florissement d’une mode pour les « turqueries », une dizaine de pièces paraissant entre 1621 et 1656 dont l’intrigue se déroule invariablement dans un sérail, souvent au temps de Soliman le Magnifique. Il s’agira d’interroger non pas ces turqueries dramatiques, mais la manière dont François Bernier et Jean-Baptiste Tavernier semblent reproduire les codes de ce genre dans leur récit de voyage, publiés respectivement en 1671 et 1676, à l’endroit de véritables scènes de sérail qui empruntent également à l’esthétique de l’histoire tragique, alors populaire. Si les récits de voyage ont nourri les turqueries dramatiques de la première moitié du siècle, il semble que les voyageurs – et leur rédacteur – soient également nourris de ces fictions dramatiques et de l’exotisme oriental fantasmatique qu’elles véhiculent lors de la composition de leur relation de leur voyage.

Mots-clés :  voyage – Orient – turquerie – sérail

Présentation : Doctorante en littérature française, Mathilde Mougin travaille sur la représentation de l’expérience du corps – du voyageur et de l’Autre – dans plusieurs récits en langue française des XVI et XVIIe siècles issus de voyages effectués en Amérique du Nord (Lescarbot), du Sud (Léry), en Europe (Montaigne) et en Orient (Tavernier, Bernier, Challe, et de la Martinière). Ce travail de thèse, effectué sous la direction de Sylvie Requemora-Gros et d’Anne Carol, est intitulé : « De l’épreuve du corps à la découverte des corps humains dans la littérature viatique du XVIIe siècle ». Il vise à interroger l’anthropologie de l’époque, au sens de “discours sur l’homme”, dans une approche littéraire nourrie des apports de l’histoire et de la philosophie. Elle a notamment publié les articles suivants: « L’expérience de l’altérité dans le Journal de voyage de Montaigne: une entreprise d’exotisation du familier » (revue MaLIcE, 2018), « La sublimation du Nord américain dans le récit de Marc Lescarbot (1609) : une stratégie esthétique de promotion de l’entreprise coloniale française » (Revue Vaggiatori, 2019),« L’expérience de la déshonnêteté dans le Journal de voyage de Robert Challe (1721) : une mise à l’épreuve libertine de l’honnêteté ? » (actes du 48e congrès de la NASSCFL, 2020).

 

Cécile Payet (CIELAM) : « Promenade à fenêtre au clair de lune : l’Expédition nocturne autour de ma chambre de Xavier de Maistre »

Résumé : Faisant suite à son Voyage autour de ma chambre (1795), l’Expédition nocturne autour de ma chambre (1825) de Xavier de Maistre appartient à un diptyque parodique des récits de voyage, dans lequel l’imagination occupe une place de premier choix. Néanmoins, comme a pu le souligner Joseph de Maistre, frère de l’auteur, il ne s’agit pas de voyages imaginaires : ces textes sont plutôt à envisager comme des voyages fantaisistes. L’Expédition nocturne présente quant à elle une caractéristique notable : elle s’appuie sur un objet important, la fenêtre, que l’auteur-narrateur chevauche au cours de son périple. Il convient dès lors de montrer et d’analyser les spécificités de cette promenade fantaisiste. Rêveries romanesques et mise en scène de l’auteur-narrateur se déploient dans cette chevauchée « fantastique » à dos de fenêtre : celle dernière constitue à la fois une invitation au voyage et un espace de l’entre-deux aux multiples significations, permettant in fine à cette aventure nocturne de se trouver à la croisée des genres mais aussi des époques.

Mots-clés : voyage fantaisiste – fenêtre – entre-deux

Présentation : Après une hypokhâgne et une khâgne en spécialité histoire-géographie au lycée Paul Cézanne d’Aix-en-Provence, et une Licence en Lettres Modernes à l’université d’Aix-Marseille, elle est actuellement étudiante en première année de master RED (Recherche, Écriture et Discours). Dans le cadre du mémoire de Master 1, qu’elle effectue sous la direction de Sylvie Requemora-Gros, elle travaille sur la thématique des parodies de récits de voyage, et plus particulièrement sur les textes de Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre et Expédition nocturne autour de ma chambre.

Géographies du voyage (Programme)

Géographies du voyage : du réel à l’imaginaire

Journées d’étude « jeunes chercheurs »

Organisées par Annamaria Bianco, Yann Etienne, Alexandra Ivars, Gianluca Leoncini, Mathilde Mougin, Cécile Payet.

Encadrées par Christine Gadrat-Ouerfelli et Sylvie Requemora.

À la MMSH (Aix-en-Provence), salle Germaine Tillion

 

Jeudi 19 mars 2020

13h30 : ouverture

  • Le voyage réel à l’aune de la fiction

14h : Virginie Buffet (CIELAM) « La Relation du voyage d’Espagne de Madame d’Aulnoy ou l’art de faire voyager le lecteur depuis son cabinet »

14h30 : Mathilde Mougin (CIELAM) « Les scènes de sérail narratives des récits de Bernier et Tavernier : une esthétique de la turquerie »

15h : Discussion

15h15 : Pause

15h20 : Reprise

  • Voyage en utopie

15h25 : Fanny Delgado (CIELAM) « La folie de l’imaginaire comme projection utopique au théâtre : Les Folies amoureuses de Jean-François Regnard »

15h55 : Annamaria Bianco (CIELAM/ IREMAM) « À la recherche de la Cité Vertueuse : le voyage utopique d’un réfugié irakien vers l’Europe dans Le Joueur de nuages d’Ali Bader »

16h25 : Discussion

16h40 : Clôture de la première journée

 

Vendredi 20 mars 2020

  • Le voyage au prisme du récit de genre

9h : Alexandra Ivars (CIELAM) « Phobos : un voyage dystopique ? »

9h30 :  Julie Kolovou (LESA) « Au périple d’une mémoire astrale »

10h: Yimei Li (IrAsia) « Le renouveau des romans de genre « voyage dans le temps » dans la cyberlittérature chinoise »

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

10h50 : Reprise

  • Rêverie, mirage et voyage

10h55 : Cécile Payet (CIELAM) « Promenade à fenêtre au clair de lune : l’Expédition nocturne autour de ma chambre de Xavier de Maistre »

11h25 : Gianluca Leoncini (CAER) « Voyage au paradis des pièges »

11h55 : Discussion

12h10 : Repas

13h55 : Reprise

  • Pays réel, pays rêvé

14h : Yann Etienne (CIELAM) « La géographie imaginaire comme seuil de la fiction romanesque : le territoire poétique des Jardins Statuaires »

14h30 : Benoît Guidi (LESA) « Errances urbaines et anamorphoses : passage vers le merveilleux dans Nadja d’André Breton et Vertigo d’Alfred Hitchcock»

15h : Kim Ferrini (CAER) « Dépaysement du voyage »

15h30 : Discussion

15h45 : Pause

15h50: Reprise

  • Voyages et métaphores

15h55 : Christine Charbit (IREMAM) « L’alyah d’Eliane Amado Lévy-Valensi. Israël : terre promise, terre sacrée, terre fantasmée »

16h25 :  Youssef  Boujeddaine (IREMAM) « Le voyage imaginaire dans la ḫutba médiévale arabe »

16h55 : Discussion et clôture

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – 5 rue du Château de l’Horloge-Bp647-13094 Aix-en-Provence cedex 2.

Tel : 33 (0)442524000 – http://www.mmsh.univ-aix.fr – Accès depuis le centre ville : bus ligne A arrêt Thermidor

Géographies imaginaires : un programme de recherche

Géographies imaginaires : le voyage-prétexte comme machine à penser est un programme de recherche externe de la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence), déposé en mai 2019 par Sylvie Requemora-Gros et Christine Gadrat-Ouerfelli.

Présentation succincte du projet :

Alors que le voyage est étudié depuis plus de vingt ans et qu’il a donné lieu à de nombreuses définitions théoriques qui ont élargi son champ d’interprétation, l’on s’est encore peu penché sur les « faux voyages », sinon sous d’autres angles que le voyage lui-même : l’angle rhétorique, argumentatif, politique, etc. Et si l’on revenait à tous ces « faux » voyages, pris comme symboles, prétextes, manière, schémas culturels et idéologiques, etc. ? et si l’on parvenait à les re-définir dans le champ littéraire comme un genre à part entière et non simplement comme voyage-fantaisie, en tant qu’il exprimerait un besoin littéraire fondamental ?

A toutes les époques, de l’Antiquité à nos jours, de nombreux genres littéraires se sont emparés de la forme du voyage pour raconter autre chose ou délivrer un discours particulier (didactique, philosophique, poétique, satirique…). Ces « faux » voyages, souvent et longtemps dénigrés, méritent au contraire d’être étudiés non seulement pour eux-mêmes, mais aussi en miroir des voyages « réels ».

L’équipe réunie autour de ce projet comprend à la fois des spécialistes du voyage, mais aussi des chercheurs travaillant sur d’autres formes littéraires. Il regroupe des historiens, des littéraires, des sociologues et conservateurs, sur le temps long (de l’Antiquité à l’époque contemporaine), et sur l’ensemble de l’espace méditerranéen.

Partenaires :

Partenaires d’Aix-Marseille : CIELAM, LA3M, CAER, LERMA, IREMAM, Bibliothèque Méjanes
Autres partenaires nationaux : CELIS/CRLV, AMERIBER, LEM, EPHE, SELVA
Partenaires internationaux : CIRVI