Les membres du projet

  • Sylvie Requemora-Gros :

Professeure de littérature française du XVIIe siècle à Aix Marseille Université, membre du Centre Interdisciplinaire d’Etude des Littératures d’Aix Marseille Université, secrétaire générale de la Société de Littératures Classiques (SLC) et responsable éditoriale du Centre de Recherches sur la Littérature des Voyages (www.crlv.org). Elle est l’autrice de Voguer vers la modernité. Le voyage à travers les genres au XVIIe siècle (Paris, PUPS, coll. « Imago Mundi », 2012) et spécialiste de Jean-François Regnard, dont elle a édité les voyages romanesques et réels chez Garnier, où elle codirige la collection « Voyages réels et imaginaires ».

  • Christine Gadrat-Ouerfelli :

Chargée de recherche CNRS au Laboratoire d’Archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M, Aix-en-Provence), elle spécialiste des récits de voyages et de la connaissance du monde au Moyen Âge. Elle est notamment l’auteur de Lire Marco Polo au Moyen Âge: traduction, diffusion et réception du Devisement du monde (Turnhout, Brepols, 2015).

  • Patrick Mathieu :

Maître de conférences au Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte et rattaché au CIELAM, il est spécialisé sur les rapports du texte et de l’image et en littérature du XIXe siècle. Ses recherches récentes portent sur Flaubert, et il travaille en ce moment à un livre sur Flaubert et la médiation.

  • Mathilde Mougin :

Doctorante en littérature française, Mathilde Mougin travaille sur la représentation de l’expérience du corps – du voyageur et de l’Autre – dans plusieurs récits en langue française des XVI et XVIIe siècles issus de voyages effectués en Amérique du Nord (Lescarbot), du Sud (Léry), en Europe (Montaigne) et en Orient (Tavernier, Bernier, Challe, et de la Martinière). Ce travail de thèse vise à interroger l’anthropologie de l’époque, au sens de « discours sur l’homme », dans une approche littéraire nourrie des apports de l’histoire et de la philosophie.

  • Virginie Buffet:

Étudiante-chercheuse pour le CIELAM, en deuxième année de master « Recherche, écriture et discours » à l’université d’Aix-en-Provence, elle est spécialisée dans la littérature de voyage des XVIe et XVIIe siècles. Ses recherches explorent les récits de voyage de l’élite féminine de la seconde moitié du XVIIe siècle, son mémoire de Master 1, effectué sous la direction de Sylvie Requemora-Gros, s’intitule : « Écrire, voir et penser en princesse-voyageuse au XVIIe siècle ». Elle s’intéresse depuis peu à la nature brésilienne dans les récits de voyages et les cosmographies du XVIe siècle.

  • Fanny Delgado:

Metteuse en scène, elle est actuellement en première année de thèse en « Théorie littéraire et création artistique » à AMU sous la direction de Sylvie Requemora-Gros et de Daniel Mesguich. Sa thèse, intitulée : « Le cri : point de rencontre entre la folle et la femme absurde », consiste en un travail de recherche couplé à une dimension créatrice : elle travaille à une réécriture de la comédie de Jean-François Regnard Les Folies Amoureuses dans le but de réinterroger le sens de l’enfermement féminin de la pièce à notre époque et de la mettre en scène.

  • Cécile Payet:

Après une hypokhâgne et une khâgne en spécialité histoire-géographie au lycée Paul Cézanne d’Aix-en-Provence, et une Licence en Lettres Modernes à l’université d’Aix-Marseille, elle est actuellement étudiante en première année de master RED (Recherche, Écriture et Discours). Dans le cadre du mémoire de Master 1, qu’elle effectue sous la direction de Sylvie Requemora-Gros, elle travaille sur la thématique des parodies de récits de voyage, et plus particulièrement sur les textes de Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre et Expédition nocturne autour de ma chambre.

  • Yann Etienne:

Agrégé de lettres modernes, il prépare une thèse intitulée : « Poétique des Nouveaux Récits post-1980 : Echenoz, Michon, Volodine » sous la direction de Christine Marcandier. Axes principaux de recherche : littérature française contemporaine, littérature de genre, narratologie, fiction et diction.

  • Yannick Gouchan :

Professeur de littérature italienne à Aix Marseille Université et membre du Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER). Il travaille sur la poésie italienne de la fin du XIXe siècle à nos jours. Il est spécialiste du poète Giovanni Pascoli (1855-1912), dont il voudrait étudier les formes de voyages présentes dans sa production.

  • Kim Ferrini :

Doctorante en littérature italienne contemporaine au CAER, Kim Ferrini travaille sur le rapport entre l’espace et le corps dans la collection « Contromano ». Les espaces urbains deviennent les principaux acteurs et les écrivains concentrent leur efforts d’interprétation vers un genius loci spécifique.

  • Annamaria Bianco :

Doctorante en littérature arabe à l’IREMAM depuis 2018, en cotutelle avec l’Université de Naples « L’Orientale ». Son projet de thèse s’intitule « Adab al-malǧa’ : la représentation du réfugié dans le roman arabe du XXIe siècle » ; sa recherche est centrée sur la production romanesque arabe contemporaine ayant comme thématique l’expérience de la migration forcée, donc du voyage comme fuite et quête de salut. Elle analyse un corpus de romans variés, du Maghreb au Moyen-Orient, publiés entre 2008 et 2019, mais qui tournent tous autour de la dichotomie traumatisme/refuge (sadma/malǧā’).

  • Rachel Lauthelier-Mourier :

Maître de conférences à l’École pratique des hautes études, membre de l’équipe d’accueil HISTARA (Histoire de l’art, des représentations et de l’administration dans l’Europe moderne et contemporaine, EPHE-PSL), ses recherches ont d’abord porté sur le genre viatique en Orient. Ouvrage à paraître : Le voyage en Perse à l’âge classique (Paris, éd. Garnier, 2020). Plus récemment, elle s’est intéressée aux représentations des savoirs et cultures autres dans l’imaginaire français, ce qui l’a incitée à se rapprocher d’autres champs disciplinaires, notamment l’histoire de l’art.

  • Benoît Guidi:

Titulaire d’un Master Professionnel « Métiers du films documentaire » et d’un Master Recherche en Cinéma « Écritures Critiques » effectués sous la direction de Thierry Millet, il prépare actuellement un sujet de thèse en « Création » autour de l’œuvre littéraire Nadja d’André Breton et les résonances qu’elle entretient avec l’art pictural et notamment cinématographique.

  • Alexandra Ivars:

Titulaire d’un Master spécialité Recherche, elle a d’abord rédigé sous la direction de Lise Wajeman un mémoire de littérature comparée intitulé « Ethos du Psalmiste, Voix du Pénitent : Oralité, proximité et présence dans les Épîtres dédicatoires et les Psaumes pénitentiels de Marot et des Sidney » (2017), puis sous la direction de Jean-Raymond Fanlo en littérature française : « Les Récits de possession : une refondation théologique » (2018). Elle a par ailleurs participé à la 18e rencontre enseignants-chercheurs de l’académie d’Aix-Marseille : « Littérature, voyages, altérités » (2018) et sa communication a fait l’objet d’une publication dans la revue Malice : « L’« Adieu à la Nouvelle-France » de Marc Lescarbot : altérité, fécondité, interculturalité ».

  • Laurent Bazin:

Maître de conférences à l’Université Paris-Saclay. Domaines de recherche : littérature d’enfance et de jeunesse, fictions de l’imaginaire. Ouvrages parus : La littérature Young Adult, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2019. La dystopie, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2019. Mondes fictionnels, mondes numériques, mondes possibles – Adolescence et culture médiatique (avec Anne Besson et Nathalie Prince), Presses Universitaires de Rennes, 2016. Esthétiques de la distinction – la question des genres en littérature de jeunesse (avec Philippe Clermont et Danièle Henky), Peter Lang, 2013.

  • Frédéric Tinguely:

Professeur de littérature française à l’Université de Genève, Frédéric Tinguely est spécialiste de l’écriture du voyage et des relations interculturelles aux XVIe et XVIIe siècles. Il a notamment signé L’Écriture du Levant à la Renaissance. Enquête sur les voyageurs français dans l’empire de Soliman le Magnifique (Genève, Droz, 2000), Le Fakir et la Taj Mahal. L’Inde au prisme des voyageurs français du XVIIe siècle (Genève, BGE/La Baconnière, 2011), Le Voyageur aux mille tours. Les ruses de l’écriture du monde à la Renaissance (Paris, Champion, 2014), et a dirigé l’édition intégrale des voyages dans l’Inde moghole de François Bernier (Paris, Chandeigne, 2008). Plus récemment, il a commencé à explorer la frontière mouvante qui sépare les voyages imaginaires des voyages réels : « L’île est un piège. Les aventures de François Leguat et de Geoffroy Atkinson », in Îles et Insulaires (XVIe-XVIIIe siècle), éd. Frank Lestringant et Alexandre Tarrête, Paris, PUPS, 2017, pp. 97-110 ; « Doser l’aventure : la littérature de voyage entre Charybde et Scylla », Littératures classiques, 100 (2019), pp. 49-60. Il se propose de poursuivre cette enquête dans le cadre du projet « Géographies imaginaires » en alternant réflexion théorique et analyse de cas concrets tirés de la littérature des XVIe et XVIIe siècles.

  • Claire Barel-Moisan :

Chargée de recherches au CNRS (IHRIM, ENS-Lyon). Elle enseigne à l’École Normale Supérieure de Lyon et à Hamilton College (Paris). Spécialiste de la poétique romanesque balzacienne, elle a publié des travaux sur la littérature romanesque du xixe siècle (en particulier sur Balzac, Sand et Flaubert). Elle dirige l’ANR Anticipation, sur le roman d’anticipation scientifique (1860-1940). Parmi ses dernières publications : Le XIXe siècle face au futur. VIIe Congrès de la SERD, Claire Barel-Moisan, Aude Déruelle et José-Luis Diaz (dir.), 2018 http://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-au-futur et Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay (dir.), Presses Universitaires de Montréal, 2019.

  • Vanezia Pârlea :

Maître de conférences en littérature française du xviie siècle à l’Université de Bucarest, où elle dirige le Centre de recherche Heterotopos. Représentations et pratiques de l’espace étranger, et membre du Centre de Recherches sur la Littérature des Voyages (CRLV). Ses travaux portent essentiellement sur les récits de voyage en Orient, avec un intérêt particulier envers la problématique des altérités et rapports (inter)culturels. Elle a publié notamment « Un Franc parmy les Arabes ». Parcours oriental et découverte de l’Autre chez le chevalier d’Arvieux (ELLUG, Grenoble, 2015) et a codirigé, avec Philippe Antoine, Voyage et Intimité (Lettres modernes Minard/Classiques Garnier, Paris, 2018).

  • Julie Kolovou:

Titulaire d’un master recherche « Cinéma et audiovisuel », elle est doctorante en études cinématographiques à AMU. Son sujet de thèse s’intitule : « La représentation de l’univers dans les films de science-fiction comme outil pour repenser l’espace filmique », sous la direction de Thierry Roch (LESA : Laboratoire d’Étude en Science des Arts). Fin 2019, elle a participé au Congrès International en Genre Fantastique, Audiovisuel et Nouvelles Technologies en Espagne en traitant le sujet « Ad Astra : vers les étoiles, à la recherche d’une cosmogonie personnelle ».

  • Youssef Boujeddaine :

Enseignant certifié de langue arabe, il est depuis 2016 doctorant à l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans) en littérature classique arabe sous la direction de Mohamed Bakhouch. En parallèle de son activité professionnelle, il est aussi webmestre du site académique de langue arabe, qui vise à promouvoir le rayonnement de la langue dans les établissements scolaires. Il a également obtenu le diplôme du DESU (Diplôme d’Études Supérieures Universitaires) lors duquel il s’est penché sur la notion de diglossie en langue arabe, travail qui a été proposé à la publication au magazine Cahiers Pédagogiques par Françoise Lorcerie, directrice de recherche émérite au CNRS. Il travaille sur la notion de ḫutba politique médiévale arabe et sur les mécanismes sous-jacents liés aux arguments affectifs. Il s’agit ainsi d’analyser les allocutions sélectionnées sous la grille aristotélicienne de l’ethos et du pathos pour en dégager les techniques persuasives employées par les différents orateurs afin de frapper les cœurs et d’emporter l’adhésion de l’auditoire.

  • Christine Charbit:

Issue du monde du tourisme elle a repris un cursus universitaire en vue d’une reconversion professionnelle. Doctorante, son projet de thèse s’intitule : « De la tradition à la modernité, retour aux sources de la culture juive pour résoudre les problématiques de nos sociétés modernes. D’après l’œuvre d’Eliane Amado Lévy-Valensi et d’autres philosophes. », sous la direction de  Philippe Cassuto (IREMAM, AMU) et d’Edouard Robberchts (CPAF CNRS/AMU). Il s’agit  de puiser dans la tradition et l’herméneutique juive pour construire des outils de réflexion en  s’appuyant sur la spécificité de l’histoire et de la pensée juive : témoignage, savoir et lucidité à partager comme un bien commun pour l’humanité.

  • Gianluca Leoncini:

Professeur agrégé d’italien et doctorant auprès du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes). Sa thèse, effectuée sous la direction de Perle Abbrugiaiti et intitulée : « Traductions et mirages : les réécritures des Fleurs du Mal en italien » a pour objet la fonction herméneutique de la traduction littéraire, en se concentrant sur la réécriture poétique des Fleurs du Mal en italien.

  • Yimei Li:

Doctorante en langue et littérature Chinoises à AMU, membre de l’IrAsia (Institut de Recherche Asiatique), elle prépare une thèse intitulée : « Les nouveaux médias et la littérature chinoise : déclin ou renouveau » sous la direction de Noël Dutrait et Madame Xu Shuang. Elle est titulaire depuis 2014 d’un Master Recherche en sinologie, ses travaux portaient sur la littérature de la génération née dans les années 1980 (80 后 文学).

  • Victor Bianchini:

Maître de conférences en sciences économiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et membre de PHARE (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations Economiques), ses domaines de recherche portent sur l’histoire de la pensée économique, l’utilitarisme classique, et récemment sur les relations entre la littérature et l’économie.

  • Tristan Vigliano:

Professeur de littérature du XVIe à Aix-Marseille Université, membre du CIELAM. Spécialiste de l’interculturalité orientale, il a récemment publié : L’islam e(s)t ma culture. Leçons d’histoire littéraire pour les jours de tourmente, Presses Universitaires de Lyon, 2017 ; Parler aux musulmans. Quatre intellectuels face à l’islam à l’orée de la Renaissance, Genève, Droz, 2017.

  • Valérie Naudet :
  • Catherine Mazauric :
  • Mathilde Bedel :
  • Emmanuelle Peraldo :
  • Emanuele Kanceff :
  • Aurélie Bosc :
  • Philippe Antoine :
  • Julia Roumier :
  • Joëlle Soller :
  • Patrick Cabanel :
  • Jean Viviès :
  • Ruth Menzies :
  • Amélie Derome :
  • Mireille Ozoux :
  • Mohamed Ouerfelli :
  • Mohamed Bakhouch :
  • Homa Lessan-Pezechki :
  • Jean-Marc Rivière :
  • Marjolaine Unter Ecker :
  • Mathilde Morinet :
  • Joanna Ofleidi :